Campagne Droits Humains pour tou-te-s

LArgumentaire du collectif Droits humains

DROITS DE LHOMME POUR TOUTES !

Nous       demandons       que       l’expression         «  droits           de         l’Homme  »       soit         immédiatement    supprimée      de      la      terminologie     officielle     des      instances      et     des      institutions       de      la    République    Française    pour    être    remplacée    par    l’expression
«    droits    humains  ».

Qu’importent  les    questions    de    vocabulaire    ?    La    légitimité    dont    bénéficient    les    termes    employés     par     les     pouvoirs     publics     leur     confère    un   poids     tout     particulier.     Le     choix     de    l’expression     «  droits     de   l’Homme  »     a    d’emblée   signifié   l’infériorité   et   l’exclusion     du    genre     féminin  :     la   «  Déclaration     des   Droits   de   l’Homme  et     du   Citoyen   »   de     1789     ne    s’appliquait     pas     aux     femmes.     Léguée     par     une     tradition     de     discrimination     machiste    qu’il        convient      de      combattre      plutôt      que      de      perpétuer,      cette      expression     continue    d’invisibiliser    les    femmes,    leurs    intérêts    et    leurs    luttes.

En    adoptant    l’expression    «    droits    humains    »,    la    France    se    mettrait    en    conformité    avec    les    recommandations    européennes    et   internationales    sur    la    question.    Elle    rejoindrait    plusieurs   pays   francophones   (le   Canada,   la   Suisse,   Haïti…)     ainsi     que     l’ensemble     des    autres    nations    du    monde    qui    parlent    de    «    droits    humains    »    plutôt    que    de    «    droits    de    l’Homme    ».

L’adoption    de    cette    réforme    par    les    institutions    de    la    République    Française    rejaillirait    sans    doute    sur    les    usages    prévalant    ailleurs,    dans    les    discours    médiatiques,    le    langage    scolaire        ou           les       messages      commerciaux.        Il         est      temps         pour           la       communauté    francophone    dans    son    ensemble    de    prendre    acte    de    la    réalité    des    discriminations    qui    s’exercent    contre    les    femmes    et   de    modifier    la    langue    française    en    conséquence    pour    ne  plus    qu’elle    y    contribue.

Il   n’est     plus   permis   de     douter     aujourd’hui   que     la   prétendue     «  neutralité    »     du    terme  «  Homme    »    n’a    rien    de    neutre    mais    signifie    le    caractère    secondaire    du    genre    féminin.

  1. L’expression    «  droits    de    l’Homme    »    est    porteuse    d’une    histoire    de    discrimination   sexiste   

Dans  la    «    Déclaration    des    droits    de    l’Homme    et    du    citoyen    »    de    1789,    le    terme    «    Homme    »    a    été    choisi           non         pas       en         raison         de         sa         valeur         générique         supposée         (malgré         la         majuscule)         mais    spécifiquement     pour   désigner   les     personnes     de   genre   masculin   à   l’exclusion   des     personnes     de    genre    féminin.    Comme    l’explique    Amnesty    International    :

Pour   ceux   qui   ont   rédigé     la     Déclaration,   le     mot   “homme”   ne     recouvrait   qu’un    seul    genre.    Jamais    ils    n’ont    eu    l’intention    de    lui   faire    englober    le  genre    féminin.    Jamais     ils   n’ont     envisagé   d’accorder     aux   femmes   les   droits   qu’ils   conféraient

aux  hommes.

Il    ne    s’agissait    pas    là    d’un    oubli    malencontreux    mais    d’une    volonté    explicite    d’exclure    les    femmes    de      la    vie    politique.    Lorsqu’en     1791    des    femmes    emmenées    par    Olympe    de    Gouges    ont    voulu    compléter       le     texte     de     1789     en     proclamant     une     Déclaration     des     droits     de     la     femme     et     de     la    citoyenne,     elles     ont   été   durement   persécutées.   En   1793,   de   Gouges     fut   guillotinée,   les   clubs   et    les     associations   de   femmes   furent   décrétés   illégaux,   et   l’accès   aux   séances   de   la   Commune   de    Paris    fut    interdit    aux    femmes.

La   Déclaration   universelle   des   droits   de   l’homme   (DUDH)   proclamée   aux     Nations-­‐Unies     en   1948    s’adresse        quant      à      elle      aux      femmes      comme      aux      hommes.      En      conséquence,      comme      le      note    Amnesty    International    :

les     rédacteurs     de     la     DUDH     en     français     ont     eu     à     cœur     de     marquer     la     non-­‐ discrimination     sexuelle   en     recourant   le   plus   souvent   à   des   termes   autres   que    “hommes”      pour       énumérer       les      divers      droits      contenus      dans      la       Déclaration  universelle.

L’article   premier   de   la   Déclaration   de   1948   débute   notamment   avec   ces   mots:   «   Tous   les   êtres    humains    naissent    libres    et    égaux    en    droit.    »    Les    rédacteurs    ont    ainsi    cherché    à    mettre    la    lettre    du    texte     en   accord   avec   son   esprit,   sans   toutefois   aller     jusqu’au   bout     de   leur     entreprise  :     le   terme    homme     a     continué     d’être     retenu   8     fois   (dont   6     dans   l’expression   «  droits     de   l’homme  »)     sur   54    mentions    possibles,    personne    étant    employé    20    fois.

Our videos