Perturbateurs endocriniens: Un enjeu majeur de santé publique

Les perturbateurs endocriniens, ces substances de synthèse qui interfèrent avec le système endocrinien, sont aujourd’hui considérées comme un enjeu majeur de santé publique. WECF France, qui suit cette problématique depuis plusieurs années, organisait le 10 avril dernier une table-ronde d’experts sur le thème « Perturbateurs endocriniens : effets et mécanismes d’action de la conception à la maturité » .

Les effets des perturbateurs endocriniens sur la reproduction ont d’abord été mis en évidence sur la faune sauvage il y a plus de 20 ans, puis chez l’être humain notamment en termes de qualité du sperme. Aujourd’hui, les perturbateurs endocriniens sont également mis en cause dans l’augmentation de nombreuses pathologies chroniques comme la puberté précoce, les troubles du comportement, les cancers, les maladies métaboliques ou les dérèglements du système immunitaire.

Les perturbateurs endocriniens, par leurs mécanismes d’action et leurs propriétés, révolutionnent la toxicologie classique et nécessitent la prise en compte de nouveaux éléments tels que l’effet des faibles doses, des expositions combinées ou encore la notion de fenêtre d’exposition critique. La période in utero est ainsi reconnue par la communauté scientifique comme une fenêtre de vulnérabilité particulière. L’épisode tristement célèbre du distilbène (DES) est un cas d’école pour l’étude des perturbateurs endocriniens : les cancers de l’appareil reproducteur survenus chez les « filles du DES », dont les mères ont consommé le médicament pendant une période bien déterminée de leur grossesse permettent ainsi de valider l’hypothèse du rôle de la période d’exposition, tandis que les conséquences du DES pour les petits-fils de ces femmes, soit la 3ème génération exposée laissent entrevoir les effets transgénérationnels de ce type de substances.

Our videos