#METOO devient un risque financier pour les entreprises

L’immense fonds de pension américain Calpers, qui gère 355 milliards de dollars d’actifs, demande aux sociétés de gestion de dévoiler les affaires de harcèlement en cours et passées. L’objectif est d’écarter un risque financier et réputationnel, alors que, depuis le mouvement #MeToo, les accusations de harcèlement sexuel ont fait chuter le cours des entreprises concernées.

Calpers, le plus important fonds de pension américain, qui gère 355 milliards de dollars d’actifs, s’attaque au harcèlement sexuel. Il demande aux sociétés de gestion – auxquelles ils délèguent la gestion financière ou dans lesquelles il détient une participation – de mettre en place une politique “#MeToo compatible”, du nom du mouvement lancé sur les réseaux sociaux pour dénoncer le harcèlement et les violences sexuelles.

L’enjeu pour les entreprises est donc de devenir totalement transparent sur ces affaires de harcèlement sexuel en cours ou passées. “Il n’est pas surprenant de voir Calpers en tête dans la demande de transparence”, a déclaré à Bloomberg Erika Karp, fondatrice et PDG de Cornestone Capital Group. “Ils ont été très proactifs et progressistes dans le passé”, juge-t-elle.

Read More

Our videos