La question qui tue à Viviane de Beaufort

Bonjour Viviane de Beaufort. Vous êtes engagée dans le combat de la mixité, passionnée par la génération start-up, et également experte des questions européennes, du droit des affaires et de la gouvernance d’entreprise. Notre question qui tue : “La nouvelle entreprise que l’on nous promet, va-t-elle supprimer, atténuer, ou accentuer les inégalités hommes-femmes ?”

La réponse qui tue : “D’abord, je suis persuadée, peut-être du fait de ma vocation de professeure qui travaille avant tout sur l’humain et l’éducation de celui-ci davantage sur le système, qu’il n’y a pas une entreprise : sorte de système infernal situé au-dessus de nos têtes, individus salariés qui imposerait un système. L’entreprise c’est une série d’individu/es, qui chacun à leur mesure constituent ce système et finissent par créer un corps de règles, de mécanismes, de process influencés individuellement et collectivement par des éléments externes et internes. Bien entendu les positions de pouvoir ne sont pas égalitaires (du moins fort rarement) : entre le dirigeant, les membres de CA, les cadres supérieurs, les cadres, managers et le salarié de base, etc.) la capacité à créer, influencer, faire évoluer ou non ses règles et process est différente. Mais ce que j’adresse là comme signal est qu’il ne faut pas attendre une « nouvelle entreprise » qui convienne mieux notamment (mais pas seulement) sur le thème évoque : l’Egalité Femme/homme, il faut se retrousser les manches pour la créer.

Ensuite plutôt qu’Egalite F/H je préfère parler de mixité. La nuance c’est que la mixité c’est l’égalité de droits mais aussi la reconnaissance des différences, donc de l’altérité comme richesse (1).

Cette « nouvelle entreprise » il ne faut pas l’attendre, il faut avoir à cœur de la construire ou continuer de la construire afin qu’elle soit plus respectueuse de la mixité. Pas question qu’elle ne soit pas plus mixte, c’est une hypothèse inacceptable à envisager pour des tas de raisons que j’aborde en quelques lignes à la fin de ma réponse. C’est une évolution transversale sur plusieurs dimensions qui est REQUISE car si l’approche n’est pas globale c’est du cosmétique, on s’attaque pas au fond du problème…Parmi diverses actions à mener j’en choisis 4 afin d’être lisible

Read More

Our videos