“Name and shame”: Schiappa dévoile les dix cancres de l’égalité hommes-femmes

Le secrétariat d’État organisait le 12 septembre une action de sensibilisation à la mixité pour dix entreprises particulièrement à la traîne. Et les bonnets d’âne vont à…

C’est ce qui s’appelle avoir le couteau sous la gorge. Venir au secrétariat d’État en charge de l’égalité entre les femmes et les hommes, pour y suivre une matinée de “sensibilisation” en la matière, ou voir son nom jeté en pâture publiquement, selon la nouvelle pratique en vogue du “name and shame“.

Les entreprises présentes ce 12 septembre, à l’invitation “forcée” de Marlène Schiappa, n’avaient pas vraiment le choix. Quoi que… Deux sociétés, Sartorius Stedim Biotech (équipements et services dans les biotechs) et Maurel & Prom (extraction pétrolière), ont préféré jouer les absentes. “Il est dommage qu’elles n’aient pas saisi la main que l’État leur tendait ce matin”, a conclu Marlène Schiappa, en placardant leur nom dans les locaux qu’elle et son équipe occupent, rue Saint-Dominique, à deux pas de l’Assemblée nationale. Sous l’oeil des caméras.

ST Microelectronics, Nokia, Neopost, Arcelor Mittal…

Les entreprises conviées sont celles arrivées dernières du palmarèsde la féminisation des instances dirigeantes réalisée par Ethic & Boards, un observatoire de la gouvernance des sociétés cotées (en l’occurrence, au sein du SBF 120). Un classement qui retient divers critères comme la présence de femmes dans les conseils d’administration et comités exécutifs ou de direction, la mixité dans le “top 100”, l’objectif de mixité dans la rémunération variable ou l’existence de réseaux de femmes en interne. Et qui est… public. Parmi les bonnets d’ânes: ST Microelectronics, Nokia, Neopost, Arcelor Mittal, Genfit…

Read more

Our videos