14 ENTREPRENEUSES NOUS LIVRENT LE SECRET DE LEUR RÉUSSITE (ET C’EST PASSIONNANT)

Des femmes qui aident d’autres femmes, qui cooptent, qui poussent à l’aventure et qui inspirent… C’est tout ce que l’on espère vous offrir au sein de cet article ! Avec Fleur Pellerin, Julia Bijaoui (fondratrice de Frichti), Pauline Laigneau (fondatrice de Gemmyo) ou encore Séverine Grégoire(fondatrice de Monshowroom et Mesdocteurs), le contraire serait étonnant.

Notre message pourrait être d’apprendre de ses échecs, de dépasser ses peurs, de surmonter les -nombreux- préjugés (être une femme en 2017, c’est malheureusement encore passer par là) liés à l’entreprenariat… Bref : ins-pi-rer.

Béryl Bès, créatrice de la plafeforme MyAnnona (crownfunding pour l’entreprenariat féminin) et auteure du livre “Le financement participatif : un nouvel outil pour les entreprises” a accepté de répondre à nos interrogations ainsi que Caroline, toute jeune entrepreneuse.

L’entreprenariat au féminin, vers un changement des mentalités ?

  • Les mœurs changeraient-ils enfin ?

A en croire le nombre de voix qui s’élèvent autour de l’entreprenariat au féminin, le nombre de femmes leader qui s’expriment sur le devant de la scène : oui, le débat se recentre et l’égalité professionnelle est enfin un objectif primordial.

Dernière avancée en date, la création d’un secrétariat d’Etat en charge de l’égalité homme/femme porté par Marlène Schiappa au sein du gouvernement Macron.

Les choses avancent, les femmes n’hésitent plus à bousculer les vieux schémas. Pour autant, l’avancée est lente…

Les femmes –depuis bien longtemps déjà- ne sont plus cantonnées au rôle de mère mais naviguent, comme les hommes, entre vie personnelle et vie professionnelle.

Caroline, toute jeune entrepreneuse, est catégorique « j’ai besoin d’envisager une réussite professionnelle, un accomplissement intellectuel dans le schéma global de mon bien-être, pour moi, c’est ça, réussir ma vie. »

D’ailleurs, Béryl Bès a un argument imparable aux haters qui tenteraient d’affirmer le contraire :

« McKinsey, The Boston Consulting Group, Crédit Suisse, Skema Business School, entre autres, s’accordent à dire que nos économies seraient en meilleure santé si l’équilibre homme-femmeétait plus respecté ! Certains hommes dirigeants ou responsables, pragmatiques et efficaces, ont compris qu’ils ne peuvent plus se priver des talents des femmes pour améliorer les leviers de la richesse. »

Les femmes rencontrent plus de difficultés à devenir entrepreneuse : mythe ou réalité ?

Rien, strictement rien n’empêche les femmes de créer et d’entreprendre… Si ce n’est peut-être elles-même. Ou plutôt, leurs barrières psychologiques.

C’est effrayant de se lancer dans une aventure humaine si pleine et entière, et encore plus lorsque l’on entend depuis l’enfance qu’on est « pas capable », que ce n’est pas un « métier de femme »…

Une étude a prouvé qu’une femme, devant un miroir, voit d’abord ses défauts. A contrario, un homme remarque en premier lieu ses qualités physiques… Tout est une question de perception.

Béryl raconte une anecdote pertinente : « Lorsque j’étais banquière, très souvent, quand une femme rentrait dans mon bureau à la recherche de financement, elle avait un petit projet et n’était pas sûre d’y arriver. Le prévisionnel était peu ambitieux. A l’inverse, quand c’était un homme, il était certain de tout déchirer…. !”

Read more

Our videos

Welcome to our new JUMP for Me website !