L’incapacité à attirer et à retenir les talents considérée comme un des risques majeurs pour les entreprises mondiales.

Depuis 2007 et la première étude consacrée à ce sujet, nos entreprises n’ont jamais été aussi mal préparées aux risques auxquelles elles sont confrontées dans leur environnement. Ce rapport qui est publié tous les deux ans affirme que l’économie, la démographie, la géopolitique et les avancées technologiques créent une nouvelle réalité pour les entreprises : l’atteinte à la réputation/marque (exacerbée par les réseaux sociaux), la cybercriminalité ou encore les technologies disruptives émergent de façon significative dans le top 10 des risques majeurs d’ici 2020.

Depuis 2007, l’activité globale de l’entreprise n’a jamais été aussi mal préparée au risque que maintenant. A peine un quart des entreprises (27%), tiennent sous contrôle les principales menaces qui pèsent sur elles. C’est le taux le plus bas enregistré depuis qu’Aon, courtier en assurances et conseiller en risques, a commencé les Global Risk Management Survey. Les évolutions économiques, démographiques et géopolitiques, ainsi que le rythme soutenu des avancées technologiques transforment les risques traditionnels pour les entreprises mondiales, ajoutant un nouveau degré d’urgence et de complexité aux anciens défis.

L’atteinte à la réputation/marque est restée le risque numéro un pour les entreprises. Si les produits défectueux, les pratiques commerciales frauduleuses et la corruption restent les principales menaces pour la réputation, les réseaux sociaux ont largement amplifié leur impact, rendant les entreprises plus vulnérables. En outre, les risques traditionnellement inassurables deviennent plus volatils et il est plus difficile de s’y préparer et de les atténuer.

Read more

Our videos