Etre féministe et en couple hétéro : “Maintenant, il connaît la taille des gamins, moi non”

“Quand je rentre chez moi le soir, je ne mets pas mon féminisme de côté !” Maureen*, 28 ans, chargée de communication en Lorraine, vit depuis quatre ans avec Maxime, 32 ans, directeur d’une association.

Au téléphone, elle évoque le difficile passage d’une vie de célibataire guidée par ses “convictions féministes” (elle souhaite l’égalité réelle entre les femmes et les hommes) à celui d’une vie de couple, avec un conjoint qui préfère “l’équité” à “l’égalité”. Celle qui estime “tout gérer” soupire :

“Mon conjoint rentre souvent plus tôt que moi à la maison, et pourtant je dois faire à peu près 80% des tâches ménagères. Lui fait seulement à manger quand on a des invités.”

Charge mentale (le fait d’avoir en permanence en tête la préoccupation de la bonne marche du foyer), corvées domestiques, éducation des enfants, mais aussi relations intimes… Dans tous ces domaines de la vie à deux, les rôles restent massivement genrés et le partage du travail, inégalitaire.

Alors que certaines femmes assurent avoir renoncé à l’hétérosexualité par “conviction politique”, vivre en féministes heureuses et en couple hétéro reste possible pour d’autres. Souvent au prix d’une prise de conscience et d’ajustements.

Read More

Our videos