“Les femmes sont bonnes” : parlons maintenant de la charge émotionnelle

Les femmes sont poussées à se soucier des autres et à leur donner de l’amour. C’est joli, dit comme ça.

On peut comparer le travail de la prostituée à un iceberg : la part sexuelle, la plus visible, est de loin la moins importante, à entendre les témoignages. Sous la surface, on trouve le boulot d’organisation, de préparation, de logistique.

Le gros du travail, le plus difficile et le plus caché, est émotionnel : mettre à l’aise le client, faire la conversation, rester polie tout en faisant respecter ses limites, paraître prendre du plaisir…

Le sourire de l’hôtesse de l’air
Refoulement et empathie, comme combo. La sociologue américaine du travail Arlie Russell Hochschild a conceptualisé le “travail émotionnel” (“emotional work”) dans son œuvre pionnière “le Prix des sentiments”, publiée en 1983 mais traduite en France seulement en 2017.

Elle y étudie, entre autres, la profession d’hôtesse de l’air, à travers le sourire qu’on demande à ces femmes d’afficher en permanence. Comme les hôtesses se mettent au service du bien-être d’autrui, la majeure partie de leur travail consiste à contrôler leurs émotions et à mobiliser leur empathie.

Read More

Our videos