Des valeurs au cœur de l’entrepreneuriat

Une femme développe un environnement qui favorise la cohésion des équipes.

Entrepreneure

Dans les pays de l’OCDE, la proportion d’entreprises détenues par des femmes est de l’ordre de 30 %. Les femmes sont plus réticentes que les hommes à créer leur propre entreprise. Elles sont moins sûres d’elles-mêmes et, de ce fait, les femmes chefs d’entreprise restent minoritaires dans tous les pays de l’OCDE.

Souvent, les femmes démarrent leur propre entreprise à un âge plus avancé que les hommes. “Environ un quart des femmes ayant créé une activité en Europe justifient leur retour dans l’emploi par le fait que leurs enfants sont suffisamment grands”, note un rapport de l’OCDE de décembre 2012.

Tout un parcours

Pourtant les valeurs féminines apportent une valeur ajoutée indéniable à l’entreprise. C’est le credo de Myriam Malou, Site Manager de la société de services informatiques, Informatic Services IS basée à Mont-Saint-Guibert.

Alors que rien ne la prédestinait à diriger une PME, cette femme entrepreneure courageuse et déterminée a mené son entreprise de 90 personnes de main de maître en se positionnant en 2010 à la cinquième position dans le classement “Great place to work”, un label international relayé en Belgique par la Vlerick School of Management.

Elle a passé tous les stades de l’évolution de l’entreprise avec une endurance empreinte de finesse. Du passage en société, au LBO, jusqu’à la revente à un grand groupe international, cette entrepreneure a dû gérer des situations complexes et très différentes.

Tout commence en 1990. Après avoir travaillé comme salariée en entreprise, Myriam Malou décide, à la naissance de son premier enfant, de prendre une pause carrière et de “s’installer” dans sa position de femme au foyer. Cependant, elle va soutenir l’activité de son mari qui travaille comme indépendant dans le domaine informatique. Elle organise des formations pour les entreprises et décide de ne plus retourner dans la société qui l’employait. “A l’époque, beaucoup m’ont traitée de folle. Nous étions deux indépendants dans une affaire avec un business débutant en formation. En 1995, nous devons engager notre premier employé et décidons de passer en société et de créer une SPRL”, confie Myriam Malou.

La force de cette petite entreprise réside surtout dans

Our videos