Tugba Hezer, députée de l’opposition turque : « les femmes qui luttent pour la démocratie et l’égalité sont des cibles d’Erdogan »

Depuis le 24 août, l’armée turque a ouvert une offensive en Syrie pour contrecarrer à la fois Daesh et les revendications territoriales des rebelles kurdes, avec plus ou moins d’ardeur contre ces premiers. La « question kurde » en Turquie est sujette à des affrontements violents entre l’armée et les combattant-te-s du Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK) depuis 1984. Alors qu’un cessez-le-feu historique a été déclaré en 2013, la trêve fut de courte durée et la guerre contre les Kurdes est menée ouvertement depuis juillet 2015. Mais Erdogan ne se contente pas de s’attaquer à son peuple pour asseoir ses velléités de pouvoir, il a déclaré la guerre à la démocratie, aux droits individuels, aux femmes, aux médias, et à bien d’autres composantes de sa société. Le Parti Démocratique des Peuples (HDP), formation pro-kurde, est la principale force d’opposition actuelle, une épine dans le pied des aspirations présidentielles. Entretien inédit avec la députée kurde HDP Tugba Hezer, la plus jeune élue à la Grande Assemblée nationale de Turquie, qui promeut contre vents et marées la démocratie et l’égalité femmes/hommes.

Le Parti Démocratique des Peuples (HDP) est la véritable force d’opposition pro-kurde contre le pouvoir despotique du président Tayyip Erdoğan. Que représente votre parti ? Quelle place occupent les femmes dans son organisation et sa ligne politique ?

La République turque, depuis son instauration en 1923, a toujours mené une politique de négation des différences ethniques et confessionnelles. Elle a imposé une seule langue, une seule culture, un seul drapeau et une seule pensée religieuse. Beaucoup de peuples ont été discriminés, contraints de s’exiler ou de vivre en cachette leur identité.

READ MORE

Our videos