Marguerite Stern, la militante derrière la campagne choc qui dénonce les féminicides

Une campagne d’affichage inonde les rues de Paris depuis plus d’une semaine. Son objectif ? Alerter la population sur les féminicides. Derrière cette initiative engagée, une militante féministe : Marguerite Stern. À Madame Figaro, elle détaille sa démarche.

Le Grenelle des violences conjugales a beau avoir ouvert ce mardi, la lutte contre les féminicides s’invite aussi dans la rue. Marguerite Stern, militante féministe passée par le groupe Femen, a notamment lancé une opération coup de poing : inonder les rues de Paris des noms des femmes disparues, tuées sous les coups de leur (ex-)conjoint, et de messages chocs. Une démarche qui séduit et prend de l’ampleur. L’instigatrice de ce mouvement nous détaille sa démarche.

Madame Figaro.- Quel est l’objectif de cette campagne d’affichage ?

Marguerite Stern.- Le but est très simple : participer au mouvement porté en France par les féministes qui vise à lutter contre les féminicides. On veut obtenir des mesures concrètes et des moyens. Il est temps qu’on arrête de compter nos mortes.

Comment le projet est-il né ?

J’ai longtemps mené toute seule de telles initiatives à Marseille, où j’ai vécu. J’avais l’idée de réitérer l’expérience à Paris. Il y a environ dix jours, j’ai donc lancé un appel sur les réseaux sociaux dans lequel j’expliquais vouloir organiser une grande session de collage contre les féminicides. J’ai invité les femmes à se réunir pour peindre puis coller ensemble des messages dans les rues de Paris. Le vendredi 30 août, l’action a commencé. On était alors une quarantaine à s’y atteler, aujourd’hui les effectifs ont doublé.

Read more

Our videos