Tech : 4 femmes inspirantes qui comptent dans l’intelligence artificielle

Elles sont minoritaires et souvent invisibles. Pourtant, elles sont des figures incontournables de l’intelligence artificielle. Coup de projecteur sur quatre femmes qui changent la donne.

Tous les chemins – ou presque – mènent à l’IA. Pour Nozha Boujemaa, c’est l’imagerie médicale qui l’a menée à l’intelligence artificielle. Depuis, cette directrice de recherche dirige DataIA (Science des données, intelligence et société), qui regroupe les grands acteurs du domaine et répond aux enjeux majeurs des sciences de la donnée.

Nozha Boujema a aussi été nommée en juin 2018 par la Commission européenne parmi 52 experts au sein du groupe baptisé « High Level Expert Group on Artificial Intelligence ». Le but ? Proposer les grandes lignes del’utilisation étique de l’IA en Europe.

>> Son compte Twitter

Aurélie Jean

À 34 ans, Aurélie Jean a déjà connu plusieurs vies. Côté diplômes, elle est passée par l’Université Pierre et Marie Curie, l’ENS Cachan, l’École des Mines Paris Tech. Pour le code, c’est à l’Université d’État de Pennsylvanie et le MIT à Boston (rien que ça) qu’elle a tout appris.

Après des passages dans l’ingénierie, le journalisme et la finance, elle est perplexe. C’est en tant qu’entrepreneuse et développeuse que la jeune femme a marqué les esprits. Fondatrice et CEO d’In Silico Veritas, qui a pour vocation d’apprendre le code à votre boss, Microsoft en a fait la marraine de la promo de son école d’intelligence artificielle, inaugurée le 6 mars 2018 à Issy-les-Moulineaux.

Consciente du problème de parité dans le milieu de la tech en général, mais plus particulièrement chez les développeurs, Aurélie Jean milite pour plus d’égalité.

Read more

Our videos