Christiane Féral-Schuhl est à la tête du Conseil National des Barreaux « L’audace comme moteur »

Elle est à la tête du Conseil National des Barreaux. L’instance, qui représente les 67 000 avocats de France, est l’interlocuteur privilégié de la Chancellerie. Comment Christiane Féral-Schuhl est arrivée jusque-là ? Par audace, chance et rebonds. Rencontre.

« J’ai toujours considéré que lorsque quelque chose n’allait pas, je devais faire autre chose. Quand on en a l’envie, la curiosité et l’énergie, les portes s’ouvrent. Les portes fermées, je ne les connais pas. Elles sont entrouvertes et je les pousse ».  Arriver à la tête du Conseil national du barreau n’est pas un hasard. Christiane Féral-Schuhl a su prendre sa chance.

A 60 ans, l’avocate, ancienne bâtonnière de Paris, a roulé sa bosse. Quand elle nous reçoit au nouveau siège du Conseil National des Barreaux, installé depuis janvier au 180 boulevard Haussmann, elle n’en est pas à son coup d’essai. Carré brun, veste de tailleur mauve, jupe cintrée ivoire. Droite. Rien ne ripe, rien n’accroche. La présidente est souriante, presque insaisissable tant elle est conciliante. Elle est habituée aux interviews et manie parfaitement l’exercice. Elle a l’habitude de la réponse. La prise de parole, elle en a fait son métier.

Mais cette image lissée ne doit pas faire illusion. Derrière l’aisance se cachent une forte détermination, une force de travail à toute épreuve et une grande capacité à s’adapter.

 

Read More

Our videos