La représentation des femmes dans les organes de gouvernance? Médiocre…

La part des femmes dans les organes de gouvernance et les structures de direction reste médiocre en Europe (moins de 20%) et encore plus limitée dans le reste du monde. Vigeo Eiris a passé en revue la part des femmes dans la gouvernance de près de 4000 entreprises cotées dans le monde et profite de cette journée du 8 mars pour dresser des constats plutôt… affligeants.

Promouvoir la parité est une responsabilité sociale des entreprises. Elle implique la prévention des discriminations et des mesures actives de protection et de promotion des femmes, pas seulement dans le recrutement, les rémunérations, les conditions de travail, l’accès à la formation, aux avantages sociaux, mais aussi aux fonctions de direction, et aux instances de gouvernance. Ces principes sont consacrés et rendus opposables aux entreprises – quels que soient leur taille, leur secteur et leur lieu d’activité -, par les conventions de l’ONU et de l’OIT , ainsi que par les principes directeurs de l’OCDE, et les objectifs de développement durable de l’ONU, notamment l’objectif n°5 sur l’égalité des sexes. Ce principe est de même affirmé par les codes de gouvernance d’entreprises de plusieurs pays qui, à défaut de parité, fixent des quotas de femmes dans les Boards (Conseils d’Administration / de Surveillance).

Read more

Our videos