Femmes ingénieures : vers plus de parité !

Seulement 21 % des ingénieures sont des femmes en France, 13 % aux Etats-Unis. Et la situation est à peu près la même dans tous les pays du monde. Comment expliquer, mais surtout remédier, à ces inégalités ?

Des chiffres qui en disent long

35 % des étudiantes en ingénierie ne deviennent pas ingénieures en entrant dans la vie professionnelle (contre 10 % des hommes)… Le principal frein ? Ce milieu encore perçu comme « masculin » dans lequel il est encore difficile de s’imposer lorsqu’on est une femme. En témoigne la proportion de femmes à hauts postes hiérarchique : seules 10 % font partie des comités de direction. Enfin, si l’écart de salaire passe de 2,6 % pour les jeunes à plus de 20 % chez les plus de 50 ans, c’est que les femmes sont encore beaucoup moins promues que les hommes…

Un milieu ultra sexiste

60 % des femmes ingénieures déclarent avoir – à plusieurs reprises – été victimes de discriminations au travail à cause de leur genre.

  • Août 2015, Isis Anchalee Wenger, ingénieure chez OneLogin, apparaît dans une publicité pour promouvoir son entreprise. Personne ne la prend vraiment pour une ingénieure, mais pour une mannequin en raison de son physique. Elle lancera la campagne #ILookLikeAnEngineer pour lutter contre les préjugés dont elle a été victime.
  • Février 2017, Susan Fowler, ancienne ingénieure chez Uber, raconte avoir été victime de discriminations et de harcèlement sexuel. La personne visée par ces accusations, un homme jugé performant par la hiérarchie, ne sera pas inquiété.
  • Mai 2017 : Une étude montre que chez Facebook, les lignes de code écrites par des femmes ont 35 % plus de chances d’être rejetées que celles écrites par des hommes.

Ces trois exemples sont loin d’être anecdotiques. Leur médiatisation aura permis à un grand nombre de réaliser à quel point les milieux traditionnellement perçus comme masculin peuvent encore être ultra sexistes.

Read more

Our videos