Des startups bien décidées à relever le défi de la mixité

Communication inclusive, promotion des femmes, recrutement plus attentif et développement du congé paternité, de jeunes pousses donnent quelques pistes.

Chez Germinal, les salariés ont leur contrat de travail sur un dossier partagé, auquel tout le monde a accès. Cette startup spécialisée dans le growth hacking se veut transparente sur les salaires pour empêcher toutes formes de discrimination. Pour le moment, la jeune pousse n’est pas un modèle de mixité – 3 femmes sur les 15 salariés – mais c’est déjà mieux qu’à ses débuts, où il n’y en avait aucune. “Avant on se disait qu’il n’y avait pas de femmes parce qu’elles ne postulaient pas ou qu’elles n’étaient pas au niveau, avoue Grégoire Gambatto, le cofondateur. C’est tellement plus facile de se dire que ce n’est pas notre faute.”

L’entrepreneur de 27 ans se souvient alors avoir rencontré une spécialiste des ressources humaines. La sanction est vite tombée : “regarde ta com, tes photos, ton équipe… ça pue la testostérone”, lui a-t-elle lancé, sans filtre. Alors depuis cinq mois, il prend publiquement position sur les réseaux sociaux en expliquant que “le growth hacking ne peut se priver de la moitié de l’humanité”. Il source aussi des candidates auprès des écoles de code qui ont développé des sections féminines. Résultat : sur les 4 prochaines recrues, 3 sont des femmes. L’entrepreneur espère atteindre la parité d’ici fin 2019.

Read more

Our videos